Les déracinés sociaux n’ont que faire de briller by Oliver Rych

Cela prendrait des années peut-être, mais je m’étais décidé. Un jour, j’irais dans un commissariat, j’attendrais au centre des regards, mon tour, que je fasse preuve, que je sois réellement témoin, d’une forme du pire en exercice, en action, si proche de nous qu’on ne peut le concevoir, et j’aurais le courage d’entamer une procédure, une déposition, pour qu’au registre des criminels, un nom ne manque pas à l’appel.

Les déracinés sociaux n’ont que faire de briller
@rycholiver.org 2020 – ISBN : 978-2-9559692-2-9
175 pages – Prix : 13 EUR (frais de port offerts)

Pour commander votre ou vos exemplaire(s), il suffit de cliquer sur ce lien.

Pas d’inquiétude si vous n’avez pas de compte Paypal, vous pourrez payer également par carte bancaire en choisissant l’option « payer sans vous ouvrir de compte ». Si Paypal vous propose de créer un compte avant de valider l’achat, et que vous ne voulez pas, il suffit de cliquer sur « pas maintenant ».


Suivez l’actualité de la Maison d’édition virtuelle en vous inscrivant sur la liste de diffusion.


Retour à l’accueil de la boutique

Share

Biographie (FR)

Oliver Rych est né en France à la fin des trente glorieuses dans une famille peu connue. Il débute un parcours d’études classiques dans la petite ville de banlieue qui l’a presque vu naître, avant de rejoindre un collège puis un lycée de Paris, la grande capitale, où il trouve un enseignement lui permettant de poursuivre les études musicales qu’il avait commencées à l’âge de huit ans. Quelques années plus tard, il entre dans l’enseignement supérieur à Lyon, puis à Paris, la grande capitale, enchaînant deux cursus afin d’obtenir assez de diplômes pour être à la fois professeur d’enseignement artistique et concertiste professionnel.

Il assiste comme toute sa génération à l’émergence du WEB et rencontre, sous son pseudonyme Johnny, une communauté d’indicibles crétins réunis pour la gloire du comic-strip Lapin, avec lesquels il participe à la création de la maison d’édition du même nom. Pour nourrir un fan-club de plus en plus empli d’âmes désespérant trouver encore leur chemin spirituel dans les arcanes virtuelles, il devient le rédacteur en chef à vie d’un webzine populaire pour lequel il écrit plus d’une centaine d’articles et cinq romans-feuilletons : Politiquement correct, La Boulangère, Le Dictaphone, Driiiiing ! et Le Collectionneur. Il participe à de nombreux jeux littéraires n’ayant pour seul objectif que de réunir des auteurs amateurs autour d’un même plaisir d’écrire et publie sur son site personnel son premier roman : Vue sur le cimetière. Il reprend alors des études littéraires dans une grande université de Paris, la grande capitale. Il y étudie la littérature médiévale, classique, romantique et contemporaine, revient au latin, à l’allemand, à l’anglais, aux exercices de grammaire et aux commentaires composés puis s’engage dans un programme de recherche autour d’une auteure oubliée jusqu’à obtenir un Master 2 de lettres modernes.

En 2013, il ouvre un blog consacré à l’écriture et travaille depuis à l’élaboration de projets littéraires avec, parmi eux, L’Artisanat furieux, le premier roman virtuel de l’humanité, Marc a tout pris, Tristan pleure et #GRP.

En 2017, il édite et publie son premier livre, Vue sur le cimetière suivi de Vortex temporum, salué par la Cybercommunauté.

En 2018, c’est la sortie de L’intimité n’a plus de lieu possible, premier roman poétique, traduit dans le monde entier.

En 2020, c’est au tour du roman chromatique, Les déracinés sociaux n’ont que faire de briller, dont dix mille exemplaires partent dès la première semaine.

Share